Port de votre gilet de survie autogonflabe en croisière GIC

SECURITE EN MER ET GILET DE SAUVETAGE

Le GROUPE INTERNATIONAL DE CROISIERE / GIC voile demande
à tous ses navigants de se munir d’un gilet de sauvetage autogonflant
pour pouvoir embarquer sur ses bateaux.

Pourquoi ?
alors que tous les voiliers, sont équipés de brassières dites de sauvetage.
 
AR 00 pratique gilet

La réponse à cette question est assez simple.

Tout d’abord, rappelons que le GIC est une association qui organise des croisières côtières et hauturières, dans le monde entier, et en toutes saisons. A ce titre, le GIC se doit avant toute autre considération, d’assurer la sécurité de ses navigants. Le port du gilet de sauvetage constitue un atout essentiel de sécurité vis-à-vis du risque « homme à la mer » dans de nombreuses situations régulièrement rencontrées lors des croisières organisées par le GIC : mauvais temps, navigation de nuit, manœuvres de port par exemple. Les brassières de sauvetage présentes sur les bateaux sont des brassières dites à flottabilité permanente.
Si elles sont adaptées au débarquement d’un bateau en train de couler puis à rester de manière statique dans un radeau de sauvetage, elles sont néanmoins encombrantes et peu adaptées à la manœuvre sur un voilier de croisière.

Aussi, le port du gilet autogonflant est la seule solution pour manœuvrer en sécurité et avec une certaine aisance. De plus, la plupart des gilets autogonflants sont maintenant équipés de sous-cutales (lanière passant entre les cuisses) qui permettent une meilleure tenue du gilet sur le corps et d’un anneau de longe (permettent de s’accrocher au bateau par l’intermédiaire d’une longe) ; ces équipements permettent d’améliorer encore la sécurité « homme à la mer » des équipiers, ce que ne permettent pas la plupart des brassières de sauvetage réglementaires. Enfin, précisons que le GIC, dans le souci que chaque navigant s’approprie totalement sa propre sécurité, a décidé, comme c’est le cas sur les bateaux de location, de ne pas équiper son propre bateau de gilets gonflables.
A chacun de s’équiper, d’apporter son gilet en croisière et de veiller aux dates de péremption des différents dispositifs.

En résumé, cet équipement doit impérativement comporter les attributs suivants pour être adaptés à la “haute mer” (harnais intégré) :
     - Avoir une flottabilité minimum de 180 newton
     - Avoir une capuche intégrée anti-étouffement (spray hood)
     - Avoir une lampe flash automatique
     - Avoir un sifflet
     - Avoir une, mieux deux sous-cutales
     - Avoir une boucle pour la fixation de la longe
     - Avoir une longe à deux brins (un court de 1m, un long de 2m) et 3 mousquetons type pompier
      (bien suffisants, les mousquetons dit “de sécurité” sont très chers et nécessitent de mettre les deux mains pour les ouvrir,
      la pub des fabricants disant bien sûr le contraire....).
Les six premiers points sont souvent des options incluses (bien vérifier). La longe est toujours en plus”

CONFECTIONNER une LONGE à 2 BRUNS, rien de plus simple
avec les recommandations de Pierre R.

Pour une longe de 3 m, prévoir un cordage diamètre 8mm de 3,50 m
Un brun court de 1m, un brun long de 2m,


3 mousquetons type pompier
ex : MOUSQUETON HMS STRIKE SLIDER FG
poids 66 grs, résistance longitudinale 22 kN, 17,90 pièce.
 
AR 00 pratique gilet 02
Joomla templates by a4joomla