Croatie - La Dalmatie, 2008

Dalmatie

du 29 juin au 13 juilletRE 08 croati 02

RE_08_croati_01.jpg

Notre zone de navigation
de CAVTAT au sud de DUBROVNIK
vers le parc de KRKA situé au nord de SIBENIK 

Pour notre navigation en Adriatique, 
la marina de Dubrovnik, située dans la rivière d’Olmba, 
fut notre point de départ. 

La prise du bateau, le samedi 29 en fin d’après-midi,
les conseils du loueur sur la zone de navigation, 
notre demande à disposer plus de cartes, 
un avitaillement sur la marina 
et le bateau nommé Zorba, un quillard de 39 pieds, 
n’attendait plus que les Gicquois pour une navigation sur la côte ouest de la Dalmatie. 

Marina ACI de Dubrovnik située à 2,5mn de l’embouchure  d’OLMBA 

RE_08_croati_03.jpg
 Lundi 30 les amarres sont rangées, la météo est bonne. 
A la sortie de la rivière d’OLMBA, l’île CELO située à quelques milles est notre premier point avant d’atteindre l’anse d’OKUKIJE sur l’île de MLJET.
Le moment de mettre le moteur est retardé pour privilégier la voile, mais sur les conseils du loueur une arrivée tardive peut se solder par un manque de place. Le lieu est protégé par les collines entourant la petite anse, le surnombre de bateaux ne se remarque pas. Seuls les cigales et le moteur du bateau d’un restaurateur emplissent l’air. Ce dernier nous propose d'ailleurs un mouillage gratuit à condition  de prendre nos repas à son échoppe ou de régler une taxe de 100 Kunas. Nous optons pour la seconde proposition car nous voulons profiter du mouillage, d’un repas en balcon et surtout du lieu où l’eau est plus chaude qu’en Atlantique nord, même après 20 heures.  (pour information en 2008 1€ = 6,10 kunas )  

Mouillage de l’anse d’OKUKIJE  sur l’île de MILJET 
RE_08_croati_04.jpg
Mardi 1er, lever à 6 heures. 
Dans ces latitudes la grande différence avec les îles Féroé, l’Islande ou le Groenland réside dans l’assurance du ciel bleu et du soleil. La carte de détail  pour l’île de Korcula est sortie mais avant, nous ferons escale à Pomena située au nord de l’île de Miljet.
 
 
Il faut aller voir ces deux lacs intérieurs de Jezero 
où le temps semble s’être arrêté. 
La luminosité, la tranquillité ont certainement attiré ces moines franciscains établis depuis 1808 au milieu du second lac. 
Cette région reste protégée par le parc naturel de Miljet.

Lacs intérieurs de JEZERO

RE_08_croati_05.jpg

 Monastère des franciscains  

RE_08_croati_06.jpg
La traversée vers l’île de Korcula, située à 25 milles dans le nord nord-ouest commence bien, 10 à 12 nœuds de vent, puis Eole nous abandonne. L’arrivée aux abords des îles de Badija se négocie au moteur pour atteindre l’anse sud-est de Korcula. 
Par 13 mètres de fond, 
nous mouillons au milieu de quelques bateaux 
qui tournoient sans cesse. 
La découverte de la vieille ville est reportée au lendemain.

 La vile de Korcula

RE_08_croati_07.jpg

Mouillage dans l’anse au sud-est de Korcula 

RE_08_croati_09.jpg

RE_08_croati_10.jpg

 Ruelle courbe à l’est, présence de la bura à Korcula

 Korcula une ville sortie intacte des vicissitudes de l’histoire.
Un plan en arrêtes de poisson, un axe principal nord-sud, puis des rues droites à l’ouest pour recevoir le maestral, un vent doux et légèrement courbes à l’est, pour empêcher la bura un vent glacial de s’y engouffrer.
La ville fût successivement grecque, romaine, slave, byzantine jusque vers l’an 1000. 
Puis 4 siècles de mainmise vénitienne ont donné un visage, une culture à cette cité marchande. 
Marco Polo y serait né en 1254. 
Difficile de s’égarer. C’est tout petit. 
Tout se fait à pied car la circulation reste interdite..

RE_08_croati_08.jpg

 Sur le marché de Korcula   

Le mardi 2, par un vent peu favorable, nous progressons vers à St Klement une île en face d’Hvar, le St Tropez du coin. 
L'escale n’a rien de captivant hormis le cadre de cette marina. Accueil au sifflet, vos papiers ! 
C’est un peu le trop plein du tourisme et la nomenklatura locale. 
Les bateaux sont si proches les uns des autres que nous participons pleinement au concert ou à la conversation de nos voisins allemands, italiens ou croates, le tout pour la modique somme de 50€. 
A éviter, bien que tous les services soient disponibles à la marina.

Marina de l’île de Saint Klement face à l’île d’Hvar  
RE_08_croati_22.jpg

Jeudi 3, navigation vers Sibenik, située à 42 milles, notre point le plus nord Skradin, et son parc naturel créé en 1995.

 

La remontée de la rivière de Krka sur 8 milles est un moment de calme.
A Skradin, nous mouillons dans une anse prés de la marina. 

Le fort St Nicolas protége l’entrée de SIBENIK

RE_08_croati_11.jpg

 La ville de SIBENIK dans la première rade 

RE_08_croati_12.jpg
 La remontée de la rivière de KRKA sur plus                 
 de 8 milles est un moment de calme
RE_08_croati_13.jpg
A SKRADIN mouillage face à la ville  
RE_08_croati_14.jpg
La journée du vendredi 4 est consacrée à la visite du parc de Krka, une des merveilles de la Croatie, qui s’étend sur 109 km2 autour de la rivière  qui a  profondément entaillé le plateau karstique en une série de spectaculaires cascades. C’est la cohabitation harmonieuse d’espèces des régions chaudes et sèches et de régions humides. Le chat sauvage et le loup s’y rencontrent bien qu'en voie de disparition. L’accès reste interdit à toutes embarcations autres que les bateaux locaux.
 Succession de 4 chutes d’eau sur la rivière de KRKARE_08_croati_16.jpg

Accès au parc par la rivière de KRKA

RE_08_croati_15.jpg

Au sein du parc étalage de figues, 
huile d’olive, dattes et gâteaux locaux
 

RE_08_croati_17.jpg
RE_08_croati_19.jpg  Ville de SKRADIN prés du parc naturel de KRKA, 
les traces d’un conflit récent 1995
Samedi 5, nous entamons notre retour vers la       marina aci de Dubrovnik. 
La bonne ambiance et le plaisir de cette navigation qui nous a fait découvrir une partie de la Croatie sont le fait de tout l’équipage. 
De gauche à droite Etienne, Thierry, Jean-Jacques, Armand et Serge, le photographe et skipper. 
Chaque jour, un navigateur est désigné pour parfaire l’acquis et la barre restait selon l'envie de chacun. La convivialité et l’échange permanent a été le fruit de la réussite de cette croisière.
 
RE_08_croati_18.jpg

L’escale du jour dans la ville de Trogir et sa cité médiévale, son pont la reliant à l’île de Ciovo, c’est tout le moyen âge dalmate concentré dans une ville musée qui n’est cependant pas figée dans son passé. 

La vie de tous les jours ayant repris ses droits depuis la guerre d’indépendance.. 

Cité médiévale de TROGIR  
RE_08_croati_20.jpg

 Dimanche 6, la traversée de 32 milles vers l’île de Vis depuis Trogir, est une bonne journée de navigation à la voile bien que le vent soit tombé à 5 milles de l’arrivée. 
La découverte de cette île, la plus occidentale et composée d’une dizaine de villages, est à faire. L’armée yougoslave l’ayant abandonnée en 1992, les îliens misent aujourd’hui sur le tourisme, mais cette petite île, belle et fragile, n’est pas faite pour le tourisme de masse. 

Quelques vignobles donnent des bons vins comme le plavac (rouge) et le vujava (blanc). 
Il fait bon se promener le soir le long des rives de la ville de Vis.

 La ville de VIS avec son front de mer  

RE_08_croati_23.jpg
Lundi 7, notre plan de navigation vers l’île Korcula est compromis pour cause de vent instable, de 15 à 30 nœuds, une mer un peu agitée et un bateau peu prêt à affronter ces conditions, nous dérivons sensiblement vers l’île de Saint Klement. 
Un mouillage dans une petite anse près de la marina de Palmeceana sera notre abri du jour. 

La baignade et la découverte de l’île, couverte de pinèdes et de maquis, seront nos principales activités.

mouillage sur l’île St KLEMENT  
RE_08_croati_21.jpg
Mardi 8, la descente continue vers le port de Racisce, petit port tranquille et typique bordé d’oliviers, situé sur l’île de Korcula. Soit 38 milles pour atteindre cette baie bien abritée de la côte nord. 

Mercredi 9, 44 milles nous séparent de l’escale de Prozura sur l’île de Miljet. Un village tout en hauteur, un port en contrebas situé dans une baie encaissée. Une vraie carte postale. Nous mouillons cul au front de mer avec les commentaires d’un ancien fonctionnaire ne parlant que le croate. Etienne engage une conversation avec ce personnage haut en couleur. 

RE_08_croati_24.jpg

 Jeudi 10, une première partie de navigation nous mène sur l’île de Lopud, distante de 11 milles. Peu de vent. Mouillage dans l’anse de Lopud. La proximité de Dubrovnik se fait sentir, beaucoup de bateaux sont au mouillage, ce qui ne nous empêche pas d'aller goûter la température de l'eau. 
En après midi direction Cavtat, située à 13 milles. Le mouillage face au centre ville est évité pour privilégier celui situé dans la baie  nord de la ville. A Cavtat on remonte dans le temps. 

Quelque chose qui rappelle les petits ports d’autrefois. Tout est resté intact, à dimension humaine, d’une grande douceur. Il est bon de savoir que Cavtat se situe sous le couloir aérien de l’aéroport de Dubrovnik.

le port de CAVTAT avec ses mouillages

Vendredi 11, vu le faible nombre de milles à faire pour cette fin de croisière, le lever est tardif,  nous mouillons prés de l’île de Lokrum, situé à 3 milles de Dubrovnik. Sur cette île pas d’habitation, pas d’hôtel, juste le fort Royal, trace du passage de l’armée napoléonienne. Aucune plage de sable, mais de nombreuses pierres plates ou se prélassent au soleil les locaux. 

Nous approchons lentement de Dubrovnik pour voir cette très belle ville entourée de remparts  et de fortifications, au pied d’une montagne qui tombe brutalement dans les eaux. Des maisons couvertes de tuiles rouges, des palais, des églises, des couvents. Un dédale de ruelles dallées de pierre blanches, des places comme des théâtres. Un monde interdit au voiture. Dubrovnik est un subtil mélange de raffinement vénitien et d’esprit slave. Le port n’autorise aucun amarrage  de voilier, même temporaire 
vue plongeante sur DUBROVNIK
RE_08_croati_25.jpg
le port de DUBROVNIK   
RE_08_croati_26.jpg
RE_08_croati_27.jpg

 les fortifications DUBROVNIK côté ouest

Nous mouillons en soirée prés de l’île de Lopud. 
Le samedi 12, nous faisons escale sur l’île de Sipan, recommandée par le loueur mais finalement si fréquentée par la proximité de Dubrovnik que l’intérêt est moindre.

Bilan de notre navigation

Le point fort de notre croisière restera la découverte d'un pays au riche passé, la très bonne ambiance qui a régné à bord pour naviguer en Dalmatie avec ses paysages et ses mouillages exceptionnels. Côté navigation il ne faut pas compter sur un vent régulier. Prés de la côte les effets des monts se font rapidement ressentir et au large c’est le calme, vent le matin et le soir avec une bascule en milieu de journée. Peu de difficultés de navigation. Les cartes et les documents fournis, la disponibilité d’information de la météo facilitent les traversées.
Le temps ayant manqué pour continuer la navigation vers les bouches de KOTOR, c'est par la route qu'une partie de l'équipage découvrait ce site classé, voir l'article : Les bouches de KOTOR au Monténégro


Informations générales et pratiques :

·    http://fr.wikipedia.org/wiki/Croatie 
·    http://www.guidemediterranee.com/ (marinas) 
·    Office National Croate de Tourisme  -  48, Avenue Victor Hugo  -  75116 Paris


Transports :

·    http://www.croatiaairlines.hr/ (avion) 
·    http://www.easyvols.org (avion)
 

Joomla templates by a4joomla